avr.2017
11

Aider mon bébé à bien dormir

Catégories :

Bébé (6 - 12 mois)

,

Enfant (24+ mois)

,

Style de vie

,

Tout-petit (13 - 23 mois)

Aider mon bébé à bien dormir

Pleine de péripéties, de bouleversements, voire de contrariétés, la nuit n'est pourtant pas indomptable. .. 

Instaurer un petit rituel pourra - il aider mon enfant à bien dormir ?


Procédons par ordre: le bébé qui crie à tue-tête, qui s’agite, qui ne trouve pas le sommeil, n’est peut-être tout simplement pas très bien dans sa peau! Le premier réflexe des parents face à un problème de sommeil est de s'assurer que rien ne gêne leur enfant: une couche mouillée, une atmosphère trop chaude, ou trop bruyante, un début de fièvre, une otite, une poussée dentaire... Les sources d'inconfort et de mal-être, pour le bébé, sont malheureusement légion. . .

S’il s'agite beaucoup, s’il se tortille, il y a des chances qu’il souffre de petites coliques digestives très fréquentes chez le nourrisson. Il peut être soulagé en étant placé à plat ventre sur les cuisses de la mère ou du père et bercé, le dos massé doucement. N'oublions pas, néanmoins, que le nouveau-né s'endort et se réveille sans cesse, qu'il est parfaitement normal qu’il pleure ou crie entre deux phases de sommeil et que le prendre dans les bras à ces moment-là l'empêche de sombrer spontanément dans le sommeil.

Les vertus calmantes du bain du soir ne sont plus à démontrer: l'eau possède un pouvoir apaisant, qui rassure le bébé et instaure un climat de sérénité et de détente propice au sommeil. Il est plus facile de préserver le calme quand l'enfant peut disposer d'une chambre où il est seul. Mais il n’a pas besoin pour autant d'être isolé dans une « bulle », il sait aussi partager sa chambre ou dormir dans un « coin-repos » pas tout à fait isolé, pourvu que l'ambiance reste tranquille, qu'il y ait ses habitudes et qu'il y retrouve ses objets familiers.

Toujours pas de sommeil en vue? On peut aussi essayer de faire pencher la balance vers l’envie de dormir en instaurant des petits rituels bien agréables: le changer avec des gestes plus lents, en chantonnant une berceuse, murmurer des mots très doux qui lui racontent toute sa journée, tamiser la lumière, faire chanter la boîte à musique... Un climat paisible, une attitude des parents rassurante, douce, mais ferme, apportent à l’enfant la paix et la joie nécessaires à l'endormissement. Les tout-petits sont très sensibles, soir après soir, au rituel du coucher dont le caractère immuable les rassure.

Dormir en dehors de chez soi avec son bébé

Justement pour ne pas déroger au rituel, certains parents préfèrent se priver de sortie plutôt que d’avoir à emmener dormir leur enfant à l’extérieur. Pourtant, le bébé bien portant n’est, généralement, pas perturbé par ses petites équipées nocturnes, surtout s’il est transporté dans son couffin avec le drap ou la turbulette dans lesquels il a l’habitude de dormir et où il retrouvera son odeur. Quand l’enfant est plus grand, prévoir un lit pliant avec l’environnement habituel et, bien sûr, l'indispensable doudou. Penser aussi à prévenir les personnes qui accueilleront le bébé pour qu’elles puissent lui préparer un espace tranquille, à la bonne température, à l’abri des bruits et de la fumée, comme il se doit...

Le réconfort du doudou ou de la tétine pour encourager son bébé à bien dormir

Dans tous les cas, beaucoup d'enfants réclament, au moment du coucher, leur petite peluche préférée ou le même bout de tissu adoré, sans lesquels ils ne peuvent s’endormir. Ce « doudou » sur lequel ils jettent leur dévolu les aide à se séparer de leur mère. Ils l'investissent d’une forte charge affective et sensorielle. Son odeur, son toucher, sa couleur ont une très grande importance. Il devient une sorte de compagnon rassurant, toujours présent, et qui facilite le passage d'un monde avec la mère à un monde où celle-ci est provisoirement absente.

Mais, comme ce doudou devient vraiment indispensable au sommeil de bébé, il vaut mieux prévoir, quand c’est possible, un remplaçant « à l'identique ».

En cas de perte ou de lavage, les pédiatres conseillent d’avertir l'enfant, qui n’est d’ailleurs pas dupe, que c’est un nouveau doudou, et de lui dire que, très Vite, il va l’aimer autant que l'ancien.

Certains bébés raffolent, quant à eux, de la tétine ou de leur propre pouce qui leur permettent de se concentrer, de calmer leur éventuelle anxiété et de les aider à s’endormir. Une habitude qui n’a rien de répréhensible, même si les parents peuvent tout de même limiter ce comportement ou l’utilisation de l’objet aux moments du sommeil afin qu'il ne « défigure » pas leur bébé à longueur de journée! Au moment de leur entrée à l’école maternelle, les enfants acceptent, généralement, bien cette idée qu’ils deviennent des grands et que le pouce ou la tétine, c’est pour les bébés! 

Mon bébé a peur de dormir seul.. Que dois-je faire ?  

Pour la question du doudou, de la tétine, comme pour tout ce qui est important dans la vie de l'enfant, il est préférable que les parents aient une parole simple et vraie, qu'ils expliquent à l'enfant, même à un nouveau-né, ce qui se passe exactement. On l'a vu, il est parfaitement normal que pendant les 2 ou 3 premiers mois de sa Vie, un tout-petit se réveille fréquemment et en pleurant. Mais si l'enfant de quelques mois persiste à réveiller ses parents toutes les nuits, en larmes et en criant, il est peut-être temps de mettre en place un dialogue positif... Face aux angoisses liées à la nuit et à la séparation, parler même à un enfant qui paraît trop jeune pour comprendre, peut agir comme une berceuse: « Nous te laissons la lumière, nous comprenons que tu n’aimes pas le noir, nous sommes là, tout à côté de toi, nous laissons les portes ouvertes, nous t'entendrons si tu nous appelles, nous viendrons te voir si tu fais un mauvais rêve… » Même le nourrisson « entendra » ce type de message, il trouvera dans un mot, une intonation ou un regard, ce qui aura du sens pour lui.

Avec des enfants plus grands, capables de s'exprimer, il peut être bénéfique de proposer à l’enfant de raconter ses peurs. Parents et enfants pourront ensuite lire ensemble des contes de fées ou encore dessiner les monstres de la nuit: ils prendront déjà un aspect plus sympathique!

« Loup, que fais-tu? Où es-tu? »... Jouer au loup qui s’habille dans la forêt avant d’aller dévorer les petits imprudents permettra peut-être aussi de démystifier les horribles monstres, et d’en rire plus facilement quand la nuit sera là...

Un mot-clef pour apaiser ces situations: « Dédramatiser! » Les paroles des parents sont aussi d'un grand réconfort pour l'enfant qui a peur de se rendormir après un cauchemar: « Oui, la petite lumière restera allumée, oui, quelqu’un veille toujours sur toi pendant que tu dors, oui, tu pourras venir nous voir si ton rêve recommence... »

Sinon voici quelques produits bébé en promotion pour vous

Ajouter un commentaire